Nappy – Coiffures Protectrices

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les coiffures protectrices sont la base de toute personne souhaitant avoir les cheveux longs.

Attention, je ne parle pas ici de la fameuse couronne de nattes de notre enfance, qui finissant en moignon de queue de cheval qui pointait effrontément vers le ciel toute la journée ! (non, je ne mets pas de photo en hommage aux victimes !).

LES AVANTAGES

Les coiffures protectrices permettent de diminuer la manipulation des cheveux et de protéger les pointes. On casse ainsi moins les cheveux. Ils seront plus fournis et plus longs.

Voilà pour la théorie… Oui parce que la coiffure protectrice n’est pas une incantation magique, un tour de passe passe capillaire qui feront que les cheveux vont s’occuper d’eux-mêmes. Il faut UNE ROUTINE d’entretien.

 

LES RÈGLES DE BASES

Le concept est de MOINS manipuler les cheveux. Il faut quand même appliquer une routine capillaire !

1.Hydratation 

Débrouillez vous comme vous pouvez, mais aspergez vos cheveux d’eau tous les jours, voire tous les 2 jours ( parce que oui, vous avez le droit d’avoir la flemme). Et oui, même si vous portez un tissage ! Pour cela on utilisera un vaporisateur, plus pratique pour ne pas désordonner ou abimer la coiffure.

Pour ma part j’utilise un spray acheté chez la boutique du coiffeur :

Spray

Ce petit format est plus pratique à prendre en main et à nettoyer que ceux en forme de boule.

 

2. Renforcer les pointes

Les pointes restent la partie la plus fragile du cheveu, celle qu’on chouchoute. Après avoir humidifier vos cheveux, penser à apporter une touche d’huile sur vos points de cheveux lorsque vous portez des tresses ou vanille. L’équivalent de la moitie d’une cuillère à café.

On n’oublie pas le pourtour de la tête : l’avant  et les tempes surtout, qui sont les plus exposés à l’environnement comme la pollution, le soleil et l’air sec.

Je vous ferais prochainement un article traitant des huiles que je recommande.

 

3. Traction

Voilà mon combat, ma bataille. Une coiffure n’a pas besoin de tirer le cuir chevelu pour tenir raisonnablement dans le temps. Cela est en lien avec le point suivant.

Les conséquences ? L’alopécie de traction (1), c’est-à dire que les cheveux sont tout simplement arrachés ! Les zones les plus concernées sont bien sûr le pourtour de la tête, là ou les cheveux sont plus fragiles.

 

Si le cas le plus célèbre est le top model Naomi Campbell, il n’est pas rare que je croise des petites filles qui en subissent les conséquences.

Une coiffure est trop serrée quand elle provoque des boutons (en fait le bulbe est en train d’être arraché et soulève la peau) et des rougeurs et que la peau semble tendue.

 

4. Durée d’une coiffure protectrice

très variables selon le type de coiffures choisies,,la taille des nattes ou es vanilles, avec ou sans rajout. De façon générale, il ne faut pas excéder 3 semaines . Un tissage ne se garde pas 6 mois et des tresses avec rajouts ne sont pas faites pour durer 8 mois. Tout simplement parce que les cheveux tombent (le bulbe meurt) et restent à leur place, ce qui asphyxie le cuir chevelu, va entrainer son épuisement et des pellicules. Vous aurez tout l’effet inverse de ce que vous recherchez : les cheveux vont pousser plus lentement et se casser.

 

5. Qualité des accessoires

Pour les personnes qui utilisent des mèches de cheveux, veillez à la bonne qualité de celles-ci, la provenance et « l’historique »… En effet, je vous déconseille d’emprunter ou d’acheter les mèches déjà portées par une autre personnes, même si elles ont été lavées. C’est comme une brosse à dents, l’hygiène, tout ça, tout ça… Vous voyez de quoi je parle : risque d’infections, champignons, parasites !

 

Voilà, demain la rentrée. Pour quelle coiffure avez-vous opté ?

Venez nous raconter ça !

Péhelle

 

Crédits photo : internet

Pour aller plus loin…

1.Article du journal Science sur l’alopécie

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.